Skip to content

Médine – Saint Modeste Lyrics

Médine – Saint Modeste Lyrics

Hey, hey, hey, hey

J’ai pas gardé mon âme d’enfant car, enfant, j’étais un p’tit con
Ça finissait aux urgences quand on jouait au pouilleux-massacreur ou au jeu du p’tit pont
J’ai caché du shit dans l’guidon, à la mosquée fait des p’tits dons
Aujourd’hui, je supporte quatre-vingt-quinze kilos d’esprit de contradiction
J’fais pas dans la fausse modestie, j’en ai rien à foutre de ton estime
Me jeter dans la fosse comme Justin, c’est à ça que le Très-Haut me destine
J’ai toujours été aimé du public, méprisé d’la critique
Le budget juridique, chez nous, a remplacé l’budget marketing
Chicots, brûlures, mes cicatrices, c’est des moulures
Gigot, bitume, sors de la rue comme une bouture
Elle est cassée, la marche arrière, j’mise tout au casino Barrière
T’façon, je sais qu’la radicalité n’est qu’un privilège de fin de carrière
Tah sah, dans mes pas, personne n’marchera
Que des culs d’jatte dans l’pe-ra qui veulent les Louboutin d’Assa
Ça chroniquait le système en faisant des Uber baskets
Bipolaire comme la planète, t’es arrivé par l’siège, moi, par la tête
J’bibi du big data, tout le monde m’appelle “king drama”
J’suis le dernier comme Amine Dada, si tu veux m’faire, faudra “click, drah-rah”
Les donneurs d’organes c’est eux, les citoyens d’honneur c’est nous
Tu fais des concerts pour les CE, j’fais des concerts pour les bandeaux de CNews
Mon père a chassé les skinheads, en 1987
Plouf-plouf au fond d’la Seine, les ancêtres du RN
Trente ans plus tard, je m’en souviens encore quand il boxait toujours en amateur
Le cri d’un homme dans la tribune Nord : “un bon Arabe est un Arabe mort”
Pas d’danke schön, dans la dark kitchen, j’vais les hchem
Que des vrais rajels, on porte nos couilles depuis très jeune
Jamais t’aurais cru que j’allais t’devancer
Bientôt, j’suis personnalité préférée des Français
Modestie, je sais que j’me sous-estime, que le Très-Haut me destine à mener une vie hostile
Modestie, tous les coups d’pute, je v’-esqui, nique les guerres intestines
J’ai le cœur noir mais le cœur n’a pas de miroir
J’emmène pas ma mère au mouroir, j’ai commencé l’rap avec Mourad
J’envoie du bois, j’ai les nerfs gros comme des câbles
J’me sens comme un tableau qu’on décalque quand j’vois du rap sur la quatre
On vous voit, les publicitaires et les modes
Faire de l’appropriation culturelle des renois et des rebeus
Famille de tisses-mé, toute ma descendance ressemble à Jet Li
M.A.2S, Genghis et Mekka, on va leur faire l’Indochine
Et la Kabylie pète le fiak de Babylone
Entre un élu LR, un élu RN, j’préfère voter pour l’caddie Lidl
Aux femmes de chambre de Batignolles, de Matignon jusqu’au bas d’l’immeuble
On est en pleine tragédie grecque, en plein remake d’Antigone
Chapeau-bas l’Haziz, la chatte aux racistes
J’les shadowban, j’les kill, sur l’Château d’Ax : assis
L’honneur avant la kich’, rappeur avant les chiffres
(Ra-ta-ta-ta)

Tags: